Depuis combien de temps te passionnes-tu pour l’apiculture ?

Déjà 30 ans cette année ! J’ai commencé avec deux ruches puis, au fil du temps, j’ai augmenté mon cheptel. Actuellement, j’en possède à Ferlens, à Vinzel, à Château-d’Oex, aux Tavernes, à Mex et à Chigny. Ces petits ruchers me permettent d’avoir plusieurs récoltes aux goûts variés. Je produits cinq saveurs différentes et j’applique les critères du label « miel du pays de Vaud ».

Pour le coffret-cadeau, quelles saveurs nous proposes-tu ?

J’ai prévu du miel de fleurs de printemps et du miel de fleurs d’été, de la région de Jorat et Morges.

Ça donne envie ! Combien de temps consacres-tu à cette activité ? 

Au printemps-été, période de grande activité, il faut compter 15 à 20 heures par semaine. En automne, entre 2 et 3 heures. En hiver, les abeilles se contentent de maintenir leur colonie au chaud et n’ont pas de nécessité de suivi. Cela me laisse du temps pour naviguer ! 

Tu as une autre passion on dirait ?

Oui, j’adore la navigation à voile. J’ai commencé à m’y intéresser il y a 15 ans, par une semaine de croisière à la voile en mer. En 2018, j’ai obtenu mon permis de skipper et, depuis, j’ai organisé plusieurs semaines avec des amis aux Baléares, en Croatie, en Italie, aux Canaries.

Arrives-tu à bien concilier ces différentes activités ?

Oui, je suis employé à 50% chez Romande Energie, ce qui me laisse du temps pour mes loisirs. Quand je suis aux ruchers, j’éprouve un plaisir assez fou d’observer les abeilles, de voir tout le travail qu’elles font pour s’organiser et nourrir leurs larves. Favoriser leur développement est une vraie satisfaction, mais ça reste des « bêtes sauvages » qui peuvent être agressives si on fait de mauvaises manipulations. Entre les abeilles, mon rôle de guide chez RE et la voile, j’ai un bel équilibre de vie et me sens épanoui !

« Je tiens à favoriser les marchés respectueux de l’environnement, qu’on doit absolument soutenir »

As-tu toujours eu cet intérêt pour la nature et l’environnement ?

Oui, et ça s’est amplifié avec le temps. Une prise de conscience par la pratique de l’apiculture, mais aussi grâce à mon rôle de guide des sites de production. Je me suis beaucoup informé sur les énergies, l’alimentation, les provenances et la qualité des produits. Je tiens à favoriser les marchés respectueux de l’environnement, qu’on doit absolument soutenir. Je suis très sensible à la question environnementale effectivement, d’autant que j’ai eu la chance de toujours vivre à la campagne. Les défis futurs liés au réchauffement climatique sont préoccupants.

Partages-tu les valeurs de Romande Energie ?

Oui, totalement. Je les transmets systématiquement lorsque je fais visiter nos centrales de production hydraulique, solaire et de biomasse. L’ouverture pour moi est fondamentale, il faut partager notre savoir-faire et informer. Je suis vraiment un défenseur de ces valeurs d’ouverture, de responsabilité sociale et environnementale, car il faut sensibiliser l’ensemble de la population. Les changements en cours, la transition par une prise de conscience individuelle est maintenant indispensable !

 
Visitez nos sites de production