Au quotidien, l’opérateur base de données s’assure que notre cartographie du réseau de distribution soit parfaitement à jour, permettant une réaction immédiate de nos équipes en cas de perturbations. Il y reporte ainsi nos stations, les types de câbles utilisés, la fibre optique ainsi que toutes les modifications apportées suite à de nouvelles constructions ou transformations du réseau.

Partons ensemble à la rencontre d’Hervé, qui nous parle de ce métier très spécifique aux entreprises électriques et, surtout, indispensable.

Hervé, quel a été votre parcours professionnel avant de devenir Opérateur base de données à Romande Energie ?

Après un apprentissage d'électricien d'intérieur, je suis entré à Romande Energie en tant qu'électricien de réseau. J’ai alors suivi une formation à l’interne afin de me familiariser avec le réseau de distribution et les niveaux de tension plus élevés (moyenne et haute tensions). Après 11 ans à ce poste, Romande Energie m’a donné l’opportunité d’évoluer vers le métier d’Opérateur base de données (OBD). Grâce à une seconde formation interne, j’ai acquis de nouvelles compétences techniques, pointues, sur des logiciels spécifiques à notre entreprise. Un véritable challenge, que je suis heureux d’avoir relevé : chaque jour, je prends plaisir dans mon travail !

Quelle employabilité offre ce métier ?

Bien que ce métier soit très spécifique aux entreprises de distribution électriques, il est très transversal. Les connaissances pratiques du terrain, l’expérience d’électricien de réseau ou encore les compétences techniques acquises sur des logiciels tels qu’Autocad peuvent être valorisées auprès de nombreux employeurs, tels que des bureaux d’études. Ces compétences sont bien sûr aussi très recherchées au sein des entreprises électriques suisses.

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre métier ?

Je travaille sur le SIRS (Système informatique à référence spatiale). Cette base de données est utilisée par tous les services internes travaillant en lien avec notre réseau de distribution, qui alimente plus de 300'000 clients. Mon travail consiste à m’assurer que la base de données soit la plus complète possible : tous mes collègues, aussi bien les monteurs, les techniciens que les ingénieurs peuvent ainsi l'utiliser et avoir une vue réelle du réseau. Le SIRS permet aussi d’établir des statistiques et même de lister toute la gamme de matériel à remplacer lors des travaux de maintenance.

Autres tâches, et non des moindres : sur demande des ingénieurs, je dessine leurs prévisions d’évolution de notre réseau, afin d’en offrir une vision future réaliste.

Votre travail semble donner la part belle à l’informatique ?

Oui, mais il y a aussi énormément de contacts ! Que ce soit avec les chefs de chantiers, les techniciens ou les bureaux d’ingénieurs externes, sans oublier bien sûr les collègues qui exercent le même métier que moi. Nous collaborons aussi régulièrement à l’interne avec un service de support technique, grâce auquel nous avons la chance de pouvoir faire évoluer nos outils.

Quelques mots sur votre environnement de travail ?

Pour moi, il est idéal. J'ai de bonnes conditions de travail, un matériel performant à disposition et un grand bureau, très lumineux !

Selon vous, quels sont les qualités et les intérêts nécessaires pour un tel poste ?

Il faut aimer l'informatique bien sûr, mais aussi avoir une grande autonomie, de la rigueur, un esprit logique et une bonne capacité à collaborer. Une connaissance du terrain est un atout majeur.

Il faut aussi être précis et bénéficier d'une excellente capacité de concentration, car une erreur peut avoir des répercussions importantes et dommageables. Le SIRS est en effet consulté et utilisé par notre Centre de conduite, qui surveille le réseau 24h/24h. C’est donc l'outil central pour gérer notre réseau, aussi bien pour la construction et la maintenance, que le dépannage ou la surveillance.

« Soucieux de partager mon expérience, je m’occupe également de formations internes sur la connaissance des systèmes informatiques. »

Vous êtes source d’énergie ? Rejoignez-nous !