Christian Bieri

 

Parlez-nous du Service Santé et environnement de travail, dont vous êtes responsable.
Le service est engagé sur deux axes, fondamentaux pour une entreprise et ses collaborateurs : d’une part la santé et la sécurité au travail, qui répond aux exigences légales, et d’autre part la mise à disposition d’infrastructures optimales à nos collaborateurs.

Un rapport, donc, entre les infrastructures et la santé ?
Oui, clairement. Le collaborateur est le dénominateur commun entre les infrastructures et la santé. Les bâtiments et leurs diverses installations techniques doivent notamment répondre aux normes incendies. Leurs configurations et leurs entretiens doivent quant à eux assurer un environnement sûr et efficient à leurs utilisateurs, en tout temps. Ce principe concerne également le mobilier, choisi pour favoriser une bonne ergonomie et, ainsi, lutter contre les troubles musculo-squelettiques. La résultante de ces mesures est une qualité de vie optimale au travail.

Que pouvez-vous nous dire sur la sécurité et la santé lors de vos multiples activités ?
Notre politique d’entreprise, reprise dans notre « Concept santé et sûreté », stipule qu’aucune activité du Groupe Romande Energie ne puisse justifier la mise en danger des personnes. Dans cette perspective, notre service accorde une importance prioritaire à la sécurité au travail, ainsi qu’à la protection de la santé de nos collaborateurs ou de toute autre partie prenante à nos activités. Les conditions sine qua non pour obtenir des résultats efficients sont dès lors un système de management de la santé performant et une étroite collaboration à l’interne, avec tous les métiers du Groupe.

Des précisions sur les démarches entreprises ?
Notre but principal est bien entendu de réduire la fréquence et la gravité des accidents et maladies professionnels, idéalement de les éviter. Pour y parvenir, nous travaillons sur plusieurs leviers, dont les principaux sont :

  • La réalisation d’analyses de risques, pour évaluer les dangers de chacune de nos activités avant l’implémentation des mesures préventives. Elles permettront de maîtriser, voire d’éliminer, les dangers afin de préserver la santé des collaborateurs.
  • L’organisation et la dispense de formations aux collaborateurs, afin qu’ils puissent travailler en toute sécurité.
  • La conduite d’audits sur nos chantiers, pour permettre un échange pragmatique avec les collaborateurs et mesurer le respect et l’efficacité des règles de sécurité.
  • L’audit de notre propre système de management de la santé par un organe de certification externe, dans une démarche d’amélioration continue.

Comment réagissez-vous lorsque des accidents, heureusement souvent bénins, se produisent ?
Le risque zéro n’existe malheureusement pas, mais notre devoir est de nous en approcher autant que possible. Des événements tels qu’un accident ou un presque accident sont systématiquement analysés. Nous en tirons les enseignements qui nous permettent de mettre en œuvre des mesures correctives ou préventives : ne faisons pas deux fois la même erreur !

Qu’est-ce qu’un presque accident ?
Une situation dangereuse lors de laquelle un collaborateur aurait pu se blesser. Si nous en sommes informés, nous pouvons prendre des mesures qui éviteront qu’un accident se produise réellement.

Et qu’en est-il de la santé psychologique ?
La santé psychologique d’une entreprise est liée à ce que l’on appelle les risques psychosociaux, qui sont par ailleurs en augmentation dans les entreprises suisses. En effet, le contexte économique actuel induit des conditions de travail toujours plus exigeantes, pouvant notamment générer du stress chez certains collaborateurs, ainsi que des relations conflictuelles. Notre politique en la matière est très claire : nous voulons que chaque personne se sente respectée, appréciée, et souhaitons que tous se comportent avec égard et estime les uns envers les autres. Dans ce contexte, et en complément de notre politique, nous avons mis en place plusieurs programmes (gestion du stress, campagne « efficacité et bienveillance au travail », etc.), afin de prévenir ces types de risques et/ou aider les collaborateurs qui en sont victimes.

Le mot de la fin ?
Je tiens à remercier tous nos collaborateurs, car notre culture sécurité, respectivement leurs efforts, permettent depuis plusieurs années de diminuer le nombre d’accidents. Cette culture sécurité a par ailleurs été valorisée en 2016 : notre système de management de la santé et sécurité au travail a été certifié selon la norme OHSAS 18001 (Occupational Health and Safety Assessment Series).

« Notre service accorde une importance prioritaire à la sécurité au travail, ainsi qu’à la protection de la santé de nos collaborateurs. »

Christian, Responsable Service Santé et environnement de travail